Fesses ?

Pas de cocotiers ici, mais des châtaigniers … et une surprise : une châtaigne-fesses … , une seule.

SG1L5126

Bisettes.

 

Mais pas que

Après 15 jours d’échappée belle/vacances à Bayonne pour mon expo en octobre, il a bien fallu se remettre la tête à l’endroit … et reprendre l’aménagement de mon atelier.
Avant de partir, il m’a fallu fabriquer un porte carton pour présenter quelques dessins sans encadrement … vu le prix d’un neuf, ou même d’occase, la meilleure solution … pour moi, c’était avec du carton … cher carton gratuit.

Montable et démontable facile, léger mais solide, il ne prend pas beaucoup de place dans mon véhicule ni rangé dans l’atelier … j’ai choisi de ne pas le décorer d’abord parce que je n’avais pas le temps, et ensuite parce qu’il ne faut pas qu’il vole la vedette à mes dessins hi.
Il restait donc à construire de grandes étagères et mon bureau … 

 
aaaaaah, quel bonheur …. 
Et puis j’ai fait deux jolies trouvailles hier, à notre cher Landes Partage
 Un livre de 82 sorti en 80 en Hollande sur la naissance du crochet qui ne s’appelait pas encore le Free
Form, et l’autre, en 79 sur la teinture végétale, … hi Clotho, j’ai bien pensé à toi.
Pour finir, un merci chaleureux à Claire Avoinette qui sème cartes, sapins, étoiles et voeux

Je suppose que tout est fabriqué avec ses petites mains et son coeur
… et grâce à cette photo, je viens de me rendre compte que le timbre est à gratter pour gagner peut-être sûrement quelque chose hi.
Voili voilà pour cette fois.
Je vous embrasse.
A tout bientôt.

Ceci n’est pas un poisson d’avril …

… ça fait bien pas mal que j’y crois plus au P… euh, bref, ça tombe bien quand même … voilà voilà.
Dans le placard de mamie Yvonne (qui faisait du crochet et du tricot … et avait un nez à cèpes … et avait été bouchère-charcutière dans son village … et fut la première à avoir une voiture) …
… elle est assise sur le marche-pied (à sa droite c’est mon père et au dessus mon grand père :o) …
et nous a quittés depuis plusieurs mois à plus de 90 ans
… donc, ma mère a trouvé récemment dans ce placard une paire d’objets étranges …
… jamais vus auparavant. Elle a pensé tout de suite à des bonnets pour bébés, mais la forme et le fait qu’ils soient en paire voulait dire qu’il s’agissait d’autre chose.
ET ! je vous le donne en mille Mesdames et Messieurs … devinez de quoi s’agit-il ?
Je ne vous proposerai que trois réponses possibles :
1
 une paire de rames au tricot pour quand les deux calottes glacières auront fondu, ça pourra toujours servir à faire avancer la barque que l’on aura eu le temps de tricoter d’ici là ?
2
un bonnet de jour et un bonnet de nuit pour Princesse ?
3
des chaussons tricotés ?
TADAM !!!
Et bien oui ! vous avez trouvé !
Il s’agit bien d’une paire de chaussons tricotés.
 Mamie Yvonne n’a pas laissé de trace du modèle de ces chaussons, mais c’est suffisamment simple pour les tricoter sans.
Si vous voulez vraiment un tuto pour vous aider, j’ai trouvé deux adresses.
Le premier tuto est en français, le segond en anglais, et dans les deux les liens à nouer à la cheville n’existent pas, ils sont remplacés par une petite bande qui relie les deux côtés du chausson.



Les deux modèles sont réalisés aux aiguilles 4,5 et ceux de ma grand-mère sûrement aux 3,5 … je les trouve un peu plus raffinés … si je puis-je dire.
L’essentiel est de conserver le principe et de les tricoter d’une pièce avec la grosseur d’aiguilles qu’on veut.




 

Housse douillette

Comme on n’est pas que des veaux et/ou des génisses, on se fait des trucs avec trois fois rien, pour que des détails de la vie courante soient notre confort, et qu’on puisse se reposer la tête dans notre nid, notre grotte ou notre terrier etc, sans passer par la case Conso.
Aujourd’hui, c’est le grand jour Housse douillette pour machine à coudre
que voici 
J’allais dire : »vite fait, bien fait ! », mais pas du tout, ça fait belle lurette que les pièces mesurées et coupées attendaient dans un carton d’être assemblées.
Les beaux jours printaniers vont finir par se pointer et il va falloir songer au grand nettoyage de printemps, alors je commence à fureter dans les coins pour élaguer un peu le travail qui m’attend.
Donc, la voici la voilà, faite de quatre pièces découpées dans un pull acheté 1 euro à Landes Partage (je crois que je vous dis leur nom pour la première fois, il s’agit d’une association d’économie sociale et solidaire), un jacquard industriel un peu bariolé parfait pour remplacer la moche housse en plastique vendue avec la machine.
Et ce sont les souris qui vont apprécier l’hiver prochain, un bel endroit pour se faire une chouette réserve où se boulotter les glands amassés.

E la nave va !

Puisqu’il paraît que la Terre ne s’est pas arrêtée de tourner, me revoici, je sors de mon terrier, de mon abri anti-mystomique en ce jour de soleil, de printemps, et des Femmes … ah merci de nous donner un petit jour par an, quelle gratitude … mais il faudra faire un gros effort, parce que des jours, on n’en veut pas qu’un, on les veut tous !!!
Alors pour le coup, je viens vous présenter mes deux nouvelles copines, tout d’abord
et
Avec elles, j’ai passé un hiver sous d’autres cieux, à découvrir, me marrer, voyager dans ma tête et celles d’autres femmes, du monde entier …

Des milliers de couvertures

Tout d’abord, l’évènement date de 2011, mais pour celles qui comme moi n’en ont jamais entendu parler je me dis qu’une telle ode à la couverture au crochet mérite bien qu’on en parle encore.
Et puis les images sont tellement étonnantes …. un rêve de crocheteuse devenu réalité.

Quelques infos trouvées ici en anglais, que le projet était de rassembler 1000 couvertures et qu’il y en a eu bien plus de 7000 au final …. à l’initiative de trois organisations Finlandaises, cela se passait à Heslinky, dans le but de procurer des couvertures à des familles en difficulté.
Pour plus de photos, c’est ici.

Vroum !

Vroum ! et c’est parti … pour un essai qui se prolonge.
Après un peu d’huile de coude dépensée au pelotage des écheveaux du trésor toulousain
qui nous donne un beau carton plein sur trois couches (hi)
il fallait bien que je tente quelques mailles … si ça glisse bien, la taille du crochet etc etc.
Quelques 270 mailles de large sur 6 rangs plus tard, j’arrive à m’arrêter pour une petite photo … 
Au passage, mon beau carnet à idées (si, des fois j’en ai) que je ne crois pas vous avoir montré, offert par Chantal quand j’étais jeune.
Et un Cannelle qui s’intéresse …