Truffes au chocolat

Une gourmandise toute simple et délicieuse … certes qui n’a rien d’extraordinaire en cette saison, mais c’est si bon :o)

SG1L6178

Et puis tellement facile à faire.

Prévoyez tout de même de préparer le mélange la veille du façonnage.

Pour 200g de chocolat pâtissier, 70g de beurre et crème fraîche (ou que du beurre ou que de la crème fraîche), pas de sucre, je trouve que le chocolat est bien assez sucré comme ça. Et du chocolat non sucré en poudre.

Donc, la veille, faites fondre le chocolat coupé en morceaux dans une casserole à feu très doux ou au bain marie, il ne faut pas qu’il cuise. Ajouter le beurre et/ou la crème fraîche. Bien mélanger. Verser dans un récipient. Laisser refroidir et mettre au frigo jusqu’au lendemain.

Le lendemain, découpez l’appareil à truffes en morceaux de la grosseur de votre choix, et roulez les dans la poudre de chocolat. Vous pourrez les conserver quelques jours au frigo de préférence dans un récipient fermé pour ne pas tout parfumer au chocolat et vice versa.

Je n’ai pas « pétri » mes truffes pour qu’elles soient bien rondes, le chocolat fond dans les mains et je trouve que c’est gaspiller … et ça ne change rien au goût.

Bon appétit !

Publicités

Enfin de la vraie pluie … dimanche, un vrai cadeau, avec temps gris et pluie toute la journée … dans ma voiture, le bruit des essuies glace, je me suis demandée depuis combien de temps cela ne m’était plus arrivé … je ne sais plus

Pas trop le temps d’en profiter, de regarder tout autour les couleurs changer, mais je m’offre de petits instants d’émerveillement …

Il y a encore des légumes à ramasser au jardin, et il ne faut pas oublier les suivants, planter et semer les légumes d’hiver et de printemps.

Faire un cake de patates douces du jardin … étalé dans un moule à tarte pour qu’il cuise plus vite

SG1L6030 copie

Cuire les coings en pâte de fruit parfumée aux framboises

SG1L6029

Ranger les dernières graines mises à sécher, à semer l’an prochain

SG1L6033 copie

Récolter les châtaignes du jeune châtaignier avant l’écureuil et les mulots

SG1L6039

Pister les mésanges sur les tournesols

SG1L6037SG1L6038

Et enfin, terminer mon dernier dessin, une vraie cerise sur mon gâteau …

SG1L6041

A bientôt.

Cuisine

Hi, j’ai raté 15 semaines des 52 semaines en photos des Bottes Rouges, j’étais ailleurs physiquement et psychiquement. Je me dépêche pour la 37 qui est normalement terminée …

Une photo pas si vieille que ça de mon pain, alors que je faisais encore du pain à la farine de blé, cuit en cocotte de fonte au four avec le couvercle pour que la croûte soit fine et souple … pour préserver mon dentier :o)

D’autres cuisines ici.

Bisettes.

Pizza sans gluten

Si si, c’est possible et délicieux, et c’est super tant mieux parce que …. lorsqu’on adore la pizza et qu’on ne peut pas manger de gluten : dur dur !
ici, une pizza moitié fromages pour moi et moitié sardines pour lui … hi.
Ingrédients pour la pâte pour 200g de farine en tout :
66g farine de riz
46g fécule de pommes de terre
28g farine de manioc
40g farine de maïs
20g farine de riz gluant (ou glutineux)
16g poudre de lait (régilait)
166g d’eau environ
1 oeuf – sel- 1 càsoupe huile d’olive
1/2 sachet de levure de boulangerie lyophilisée
Mélanger toutes les farines avec la poudre de lait, la levure, le sel. Ajouter l’oeuf battu puis l’eau en faisant attention à ne pas mettre toute l’eau d’un coup, la pâte doit être comme une pâte à crêpes épaisse.
La verser dans un grand moule à tarte recouvert de papier cuisson. Laisser gonfler dans un endroit tiède pendant 15 à 20 mn (au four préalablement chauffé, ya pas mieux :o). Il faut qu’elle ait doublé de volume.
Quand c’est le cas, la faire cuire au four à 210° pendant 15mn.
La sortir du four puis la garnir de coulis de tomate, fromage, olives, et tout ce que vous voulez.
Remettre au four 15mn  et déguster.
Personnellement, je trouve bien plus facile à faire que la pizza à la farine de blé dont la pâte est difficile à  étaler tellement elle est élastique. Ici, pas de problème de ce côté, par contre, la pâte sans gluten est un peu plus croustillante … mais c’est un régal quand même.

Sablés glaçage chocolat … sans gluten

Le premier essai de cette recette a été avalé à la glouton …
pas eu le temps de faire une photo.
Dans le genre, je ne connaissais que les Pépito dont mon petit frère se gavait quand on était mômes.
Je les trouvais trop sucrés … j’ai jamais tellement aimé le sucre trop sucré (hi), je préférais le saucisson, la charcuterie, le fromage, pizza, friand etc.
Maintenant que je suis vieille, je me mets au sucre, mais pas trop, j’en suis toujours pas devenue foldingo. Bon, venons en à ce qui nous intéresse : la recette !
Ingrédients :
pour la pâte
70 g fécule de maïs (Maïzzena)
70 g farine de manioc (autre si vous n’avez pas)
60 g farine de maïs
30 g d’huile d’olive (environ)
30 g sucre en poudre
40 g poudre d’amandes
1 oeuf
1/2 càcafé de bicarbonate de soude ou levure chimique sans gluten
pour le glaçage 
100 g chocolat noir sans gluten
4 càsoupe de lait
Dans un saladier, mélanger toutes les matières sèches, puis ajouter l’oeuf et l’huile.
Travailler à la main. Ajouter un peu d’eau si l’on n’arrive pas à obtenir une boule de pâte qui se tient.
Couvrir et laisser reposer au frais 30 mn.
Au bout de ce temps, préchauffer le four à 150° (th.3 chez moi), étaler la pâte d’abord à la main sur le plan de travail fariné de fécule de maïs, puis terminer au rouleau en essayant d’obtenir une épaisseur d’à peu près 3 mm … ça va gonfler un peu.
Découper des disques avec un verre. Les poser sur une plaque à pâtisserie et enfourner 10 mn.
Sortir du four, laisser refroidir.
Faire fondre le chocolat avec le lait.
Napper les biscuits. Pour ce faire, je vous conseille de mettre un petit pâté de chocolat sur chaque biscuit avec une petite cuillère, cela vous évitera de vous retrouver sans chocolat pour les derniers.
Ensuite, il faut aller assez vite avant que le chocolat n’ait trop refroidi et soit tout figé.
 Et vous savez quoi ? on dirait pas, mais il y en a 36 là … dans le plat …
 

Tarte briochée aux prunes …. sans gluten

Ca fait bien des siècles que j’ai envie d’essayer ce type de tarte, pour changer des tartes aux pâtes brisées ou feuilletées (ça, j’en fais jamais, trop long à faire, et je n’achète pas de pâte feuilletée toute prête, je trouve que c’est beaucoup trop salé), et bien j’aurais dû m’y mettre plus tôt parce que je trouve super bon, même meilleur que les autres … je peux le dire (yes I can :o).

  
 La recette
pour un moule à tarte d’environ 27 cm de diamètre

80 g de fécule de maïs
60 g de farine de riz
60 g de fécule de pomme de terre
50 g de poudre d’amandes
15 g de poudre de lait
30 g d’huile d’olive
1 oeuf
25 g de sucre en poudre
1 sachet de levure de boulangerie lyophilisée
1 pincée de sel
1 verre d’eau tiède
1 bocal de prunes au naturel de la maison

Mélanger tous les ingrédients secs dans un saladier.
Ajouter l’oeuf battu, l’huile d’olive, bien mélanger. Ajouter un peu d’eau tiède jusqu’à obtenir une pâte lisse mais pas liquide, une belle pomade épaisse …
Verser et étaler dans le moule huilé. Laisser lever une bonne demie heure dans un endroit tiède.
Lorsque la pâte est levée, y répartir les prunes égouttées et dénoyautées, les enfoncer un peu dans la pâte.
Pour atténuer l’acidité apportée par les prunes, je glisse des petits morceaux d’une banane entre les prunes.
Cuire 30 mn au four préchauffé th 4 (180°).

Version pommes

Crèmes au chocolat sans gluten

Encore 37° devant la porte tout à l’heure … en cuisine, on garde le même cap, si possible, n’allumer les feux dans la journée que pour le café … 
Alors pour le dessert, sorti des fruits … pas question de faire des gâteaux.
Envie de faire plaisir avec du chocolat quand même :
la bonne vieille crème au chocolat qui sort du frigo et ravit tout le monde.

Pour 6 à 7 pots ou verres :
110 cl de lait
5 bonnes càs de fécule de maïs
60 g de sucre (com’d’hab je n’aime pas trop sucré)
60 g de chocolat noir à pâtisser
Délayer la fécule dans un peu de lait froid.
Verser le reste de lait dans une casserole. Ajouter le sucre et le chocolat en petits morceaux.
Porter à ébullition en remuant souvent.
Hors feu, ajouter la fécule délayée.
Bien mélanger.
Porter à ébullition.
Sortir du feu. On peut ajouter un peu de crème si l’on utilise un lait 1/2 écrémé ou écrémé. Mélanger vivement au fouet.
Mettre en pots ou dans des verres épais.
Servir tiède ou froid.
Niam niam.