Changer de Pau

Merci à vous qui êtes passées par ici et avez ou n’avez pas laissé un petit mot.
Si aujourd’hui le short et le débardeur sont bienvenus, il en était autrement la semaine dernière, et notamment en Béarn où le vent rafraichissait les corps et les esprits échauffés par le soleil printanier.
En route pour la capitale  …
Le palais Beaumont, centre des congrès

Dans le parc, une pierre commémorative devenue presque braille

Dans le théâtre de verdure, des primevères discrètes 
Triste fontaine sans filet d’eau
Le palais de justice …. place de la libération … :o)
une place avec jets d’eau (qui n’ont pas intéressé mon apn avec le froid) très fréquentée
les enfants peuvent y faire de la trotinette, du vélo et tout et tout, et même y manger les meilleures glaces de la ville.
Une glace à la mangue pour moi, merci Mat, elle était effectivement très très bonne, et puis quel service, une boule qui en valait bien trois (il paraît que mes yeux étaient exhorbités quand je l’ai eue entre les mains :o)
Muriel, en photographe avertie, ne fait pas comme moi qui me trimballe avec la sacoche encombrante de mon appareil. Un bonnet de laine douillet sert de nid protecteur dans le sac à dos … discret et efficace.
La place Clémenceau, jets d’eaux, palmiers, vaste et très fréquentée par les ados … skate oblige
en face 
à l’autre bout, on y accède par le palais des Pyrénées rénové et devenu un centre commercial
 normalement, quand la photo est bien faite : au fond, les montagnes
Nous avons bien marché, nous rentrons. Il nous faut encore descendre au niveau de la gare. Depuis le haut de l’escalier, profitons d’une vue exceptionnelle sur un non moins exceptionnel magnolia en fleurs.
Les embouteillages de la fin de journée me permettent de photographier le funiculaire
puis le château de not’bon roi Henri … mais si, rappelez vous, la poule au pot, en bonne place à côté de celui à la barbe fleurie et de l’autre qui rendait la justice sous son chêne …. la dream team de l’histoire de France
La pleine lune c’était mardi soir, alors que nous étions redescendus dans nos plaines sableuses des Landes.
Bisettes
Publicités

5 réflexions sur “Changer de Pau

  1. eh bien tu as eu de la chance de voir les Pyrénées car pour moi qui ai passé mon adolescence à Pau, c'était la première question du matin : les verrait-on ou non ? Bon, le château… premier baiser (tardif, je te le dis, les interdits familiaux pesaient si fort !)et les magnolias, ah les magnolias du parc grandiose dont j'ai oublié le nom, près des deux lycées ! car à l'époque, Marguerite de Navarre était lycée de fille et Barthou lycée de garçons, mais la cantine, c'était chez les garçons, et ah, ah, hé hé, même avec les blouses à carreaux roses et blancs (jetées au feu ou aux orties en 68) on avait envie de sortir de l'uniforme et l'anonymat. Le reste, j'ai oublié, car pour moi, Pau, c'était toute la campagne environnante, complètement gagnée par la ville et les zones commerciales ou « d'activité » aujourd'hui. On ne se remet pas du temps qui passe, pas plus qu'on ne se remet de son premier amour. Voilà, c'était là-bas !

    J'aime

  2. Voilà belle lurette que je ne me suis pas promenée dans Pau …. Merci à toi de cette visite qui me rappelle certaines choses et m'en fait découvrir beaucoup d'autres !
    C'est une belle ville … et la vue est superbe !
    Tu y as fait une expo je pense ?
    Bisous

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s